Archives du mot-clé rassembler

Des vœux dans la pure tradition…

Quels échos de la cérémonie des vœux organisée le vendredi 16 janvier ?

Le début du rassemblement ?

Au lendemain de la tuerie qui a été perpétrée dans les locaux de Charlie Hebdo, le maire de Saint Jouin Bruneval, plutôt qu’une minute de silence à la mémoire des victimes des attentats, a proposé de partager des dessins. Nous louons l’amorce de rassemblement effectué en invitant tout le conseil sur l’estrade et en partageant ce moment de citoyenneté. Malheureusement cet élan a été gâché par des remarques acerbes dans le discours.

Un territoire rétréci ?

Plusieurs projets ont été présentés par le maire à la population : aménagement d’un local pour accueillir un service de santé, agrandissement de la restauration scolaire, réfection du presbytère, création de chemins piétons, création d’un court de tennis sur l’actuel terrain de football et création d’une cale de mise à l’eau et d’un port à sec.

Mais de manière très étonnante nous n’avons pas entendu parler ni d’éducation, ni d’associations, ni des aînés ni des hameaux par exemple. Comme toujours, Saint Jouin est réduit à son centre bourg et à la plage.

Une défaite difficile à avaler ?

S’engager en politique, c’est respecter les autres, soi-même et les différents organes décisionnaires. Le maire de Saint Jouin Bruneval semble avoir la rancune tenace et de ne pas accepter la défaite, car il a regretté le manque de démocratie dans le scrutin du conseil communautaire et déploré de n’avoir pas été élu vice-président de la communauté de communes.

C’est un scrutin uninominal qui est appliqué lors de l’élection des vice-présidents des communautés de communes.

Même s’il ne plaît pas à François Auber, le scrutin est on ne peut plus démocratique : chaque conseiller vote en son âme et conscience. Nous imaginons que s’il avait été élu, il n’aurait pas contesté… D’ailleurs, il n’avait pas critiqué ce mode de scrutin lors de la précédente mandature.

Une collectivité bien pratique…

La Communauté de communes semble être à François Auber ce que l’Europe est à la France : un bouc émissaire. Quelque chose ne va pas ? C’est la faute de la communauté de communes ! Quelque chose va bien ? C’est grâce à moi !

En effet, le mode de prélèvement de la taxe des ordures ménagères va évoluer pour être indexé sur l’imposition foncière. Mais des chiffres inexacts ont été communiqués à la population. Parallèlement, nous regrettons que les documents remis en Mairie par la communauté de communes sur les ordures ménagères ne soient pas diffusés à la population comme demandé.

Évidemment dans ce contexte la communauté de commune a été sévèrement critiquée par le Maire, mais en même temps il compte bien sur celle-ci pour bénéficier d’un relais d’assistante maternelle, d’une présence médicale et surtout pour financer la cale de mise à l’eau et le port à sec.

Une députée ouverte au dialogue

Soulignons les propos de Mme Grelier qui s’est dit prête à rencontrer le conseil municipal dans toute sa pluralité. Nous espérons que le maire suivra l’exemple de notre députée et reconnaisse enfin la pluralité des représentants de son conseil municipal. Enfin, notre députée a rappelé l’importance de travailler au niveau communautaire et dans l’intérêt du territoire.

 

je suis charlie

« La liberté de l’information est celle qui permet de vérifier l’existence de toutes les autres » (libertés).

Voici pourquoi "Ensemble pour Saint Jouin Bruneval" tient à exprimer sa tristesse et sa solidarité.

Pour la liberté. Pour la pensée. Pour le rire. 

« Quand tu vas au théâtre et que tu vois une tragédie, tu t'identifies, tu participes, tu pleures, pleures, pleures, et quand tu rentres chez toi, tu dis : comme j'ai bien pleuré ce soir ! ». Et tu t'endors apaisé. Le propos politique a glissé sur toi comme l'eau sur une vitre. Pour rire, au contraire, il faut de l'intelligence, de la perspicacité. En riant, la bouche s'ouvre toute grande, mais aussi la cervelle, et les clous de la raison viennent s'y planter ! » ( Dario Fo, prix Nobel de littérature et grand dramaturge comique )

En hommage aux victimes, le dessin de Cabu que les Saint Jouinais connaissent bien.

Cabu

 

 

 

CHÉRIE, J’AI RÉTRÉCI LE CONSEIL MUNICIPAL !

À chaque héros, son antihéros. Ainsi avons-nous déjà opposé le politicien à l’homme politique.

Aujourd’hui, c’est au Cid que nous avons trouvé un anti-Cid. Vous rappelez-vous Rodrigue, le héros de Corneille, racontant la bataille qui lui assura la gloire1 ?

À Saint-Jouin Bruneval, on raconte aussi beaucoup d’histoires (cela s’appelle le story-telling) : voici ce qu’aurait pu dire notre maire sortant s’il avait écrit son bilan en alexandrins :

« Sous moi donc cette troupe s'avance,

Et porte sur le front une mâle assurance.

Nous partîmes dix-neuf ; mais las ! certains l’ignorent

Nous nous vîmes une huitaine en arrivant au port ! »[1]

Fidèles internautes, cette petite facétie littéraire vous est proposée en bonus, après le 1er épisode de la série saint-jouinaise : « Chéri, j’ai rétréci… ».

Ci-dessous, vous trouverez en effet le texte du tract que nous avons distribué dans les boîtes aux lettres de notre village ce week-end, afin de rappeler qu’il est bien temps, aujourd’hui, de proposer un « conseil participatif » quand on a gouverné la commune de façon si peu démocratique.

Il semble en effet que ce que nous proposons sincèrement depuis notre naissance, la démocratie participative, devienne un élément de langage dans la bouche de l’équipe sortante.

Mais nous reviendrons plus tard sur la « com » à Saint Jouin, il y a tant à dire !


Chérie, j’ai rétréci le Conseil municipal !

Le conseil municipal sortant a présenté son bilan dans une luxueuse plaquette et dans une interview accordée à la presse locale. Sans s’encombrer de modestie, notre maire tire satisfaction de son travail : « Notre bilan est exceptionnel », lit-on par exemple dans le Paris Normandie du 12 février 2014. Un bilan « exceptionnel »… L’adjectif est surprenant : amnésie partielle ? péché par omission ?

M. Auber semble oublier qu’en février 2012 il avait déjà perdu 5 conseillers.

Le 10 février 2012, dans le n° 3169 du Journal de Criquetot, nous lisions ceci :

 

article Journal de Criquetot - "les élus en mal de maire"- 10/02/2012

 

 

 

Cliquez sur l'image pour lire l'article

 

Depuis 3 autres ont encore démissionné : soit 8 au total sur 19.

Oui, notre maire (qui en d’autres temps dénonçait « le déni de démocratie »)  oublie de préciser que, depuis deux ans, les décisions qui engagent l’avenir de Saint Jouin Bruneval sont votées par seulement 8 Saint Jouinais.

Il oublie de dire que dans l’équipe restante, 3 conseillers n’habitent plus Saint Jouin.

Alors oui, on peut parler de bilan « exceptionnel » : voyez les communes autour de nous : aucune ne peut s’enorgueillir d’une pareille situation. C’est en  effet admirable, inaccoutumé, hors normes… qu’un conseil municipal se ratatine à ce point !

Comment alors faire confiance à un candidat qui n’est pas capable de travailler à long terme avec tous les membres de son équipe ? qui n’est pas capable de prendre en compte des avis divergents ? Les élus ne sont-ils pas là pour RASSEMBLER ?

 


[1] Texte original :

« Sous moi donc cette troupe s'avance, 
Et porte sur le front une mâle assurance. 
Nous partîmes cinq cents ; mais par un prompt renfort 
Nous nous vîmes trois mille en arrivant au port » (Corneille, Le Cid, acte IV, scène 3)