POLITIQUE D’URBANISME : LES SAINT JOUINAIS ONT LEUR MOT A DIRE

Téléchargez la lettre ouverte de P. Delamare à F. Auber

Téléchargez l'appel d'offre dont il est question

Ce week-end, nous avons trouvé dans nos boîtes aux lettres une copie de la lettre ouverte que Patrice Delamare a envoyée, au nom de toute la liste « Choisissons notre avenir », à François Auber, concernant la politique d’« urbanisation massive » de notre village.

Les projets du maire sortant sont conséquents. Peste ! 16 logements au Grand Hameau + 40 à 50 dans le secteur des Courlis. Pourtant, la discrétion est de mise dans le programme de François Auber. Cette urbanisation à marche forcée se cache-t-elle derrière cette expression : « promouvoir pour tous les âges de la vie un habitat maîtrisé » ? Si c’est le cas, nous n’avons pas la même définition du mot « maîtrisé », que ce soit dans une perspective financière ou sociale.

Rappelons que « maîtriser l’habitat » pour M. Auber, c’est la possibilité d’exproprier des habitants qui refuseraient de vendre (où est pourtant l’utilité publique pour les Saint Jouinais d’avoir, d’un seul coup, 50 logements supplémentaires dans leur village ?). « Maîtriser l’habitat » serait aussi grever encore plus le budget de la commune. Il ne se passe pas une semaine, en effet, sans qu’on lise dans les journaux les difficultés financières rencontrées autour des nouveaux lotissements : la commune concernée est alors obligée de financer les équipements manquants.

Bref, M. Auber écrit dans son programme qu’il entend « maîtriser l’habitat », par simple mimétisme avec le programme de « Choisissons notre avenir » : la liste de Patrice Delamare a en effet inscrit à son programme cet axe majeur : « offrir un urbanisme raisonné ».

Mimétisme qui mène à des incohérences (encore une !) : on nous vante la mise en place d’un « conseil participatif » après l’élection (mais pourquoi donc pendant six ans ne pas l’avoir fait ?), pâle et rachitique copie de la démocratie participative qui nous est chère. M. Auber semble ignorer que la démocratie participative a pour socle l’aménagement du territoire et l’urbanisme. Alors ce n’est pas très sérieux de proposer — pardonnez l’expression — d’amuser la galerie avec l’avenir du presbytère pendant que, en catimini, on prépare un accroissement démographique massif et qu’on envisage d’exproprier les récalcitrants.

L’urbanisme n’est pas réservé à des spécialistes, des élus qui sauraient mieux d’autres ce qu’est l’« intérêt général ». Bien au contraire, il doit être l’affaire de tous les Saint Jouinais, qui en sont, au final, les financeurs.