les 4 conseillers de Choisissons notre avenir

DE VIFS DÉBATS AU CONSEIL MUNICIPAL DU 26 MAI 2014

Si la mer a été l’objet de nombreuses délibérations, a été  poursuivi le débat sur l’urbanisme, déjà vif pendant la campagne électorale. L’intercommunalité a aussi été l’objet d’une bien triste délibération.

Le secteur des Courlis : une nouvelle consultation pour trouver un aménageur

Le maire a proposé de mettre au vote le lancement d’une nouvelle procédure pour désigner un aménageur du secteur des Courlis, entre la rue des Cèdres et le chemin des Courlis (secteur B sur l’image sur laquelle vous pouvez cliquer).

Urbanisation à Saint Jouin - extrait brochure PLU - sept 2012

La précédente consultation a été classée sans suite. Pourquoi ? « Un souci administratif » a dit François Auber. Une irrégularité dans la procédure qui aurait pu constituer « un risque juridique » a-t-il encore ajouté. Il espère aussi avoir davantage de propositions : est-ce à dire que, plus raisonnables que la majorité actuelle, les aménageurs n’ont pas souhaité faire de propositions pendant la campagne ?

Quoi qu’il en soit, voici revenu sur le devant de la scène l’article L.300.4 du code de l’urbanisme, dont nous avons parlé pendant la campagne et qui, rappelons-le, permet l’expropriation des propriétaires qui ne seraient pas vendeurs. F. Auber et A. Paul ont beau promettre que rien de tout cela n’est prévu, leur appel d’offre mentionne cet article : sans ambiguïté, il laisse toute latitude à l’aménageur en ce domaine (voir l’article L 300.4).

A la question : « les propriétaires du secteur sont-ils tous vendeurs ?», il est répondu que les notaires assaillent la mairie de coups de téléphone (sic !)  et qu’il faut bien définir des règles. Seulement, pas de réponse claire… Tous ne sont pas vendeurs. Et d’ailleurs, à quoi sert le PLU s’il ne définit pas des règles claires ?

promesse tennis couvertEnsuite, des conseillers ont rappelé les promesses électorales de la majorité actuelle : un tennis couvert serait pris en charge par le futur aménageur… Le maire est maintenant beaucoup moins affirmatif : cela se fera « si possible », en tout cas on pourra peut-être mettre dans le cahier des charges « un espace sportif ».

¬ Des promesses déjà oubliées

Bref, les quatre conseillers de « Choisissons notre avenir » ont voté contre cette délibération.

Intercommunalité : Saint-Jouin Bruneval vote contre !

Par ailleurs, la majorité a décidé de voter contre l’augmentation du nombre de vice-présidents au Bureau de la Communauté de Communes. Notons que ces vice-présidents ne touchent pas d‘indemnités et ne coûtent donc rien au contribuable ;  si leur nombre a augmenté, c’est pour optimiser l’élaboration de projets et le suivi des dossiers.

Seulement, François Auber n’a pas remporté l’élection…  et Noëlle Leveau a présenté de façon bien étrange cette élection : F. Durande « aurait nommé » des personnes de l’opposition de Saint Jouin, bafouant le souhait des électeurs. Rappelons encore une fois que ce sont des élections au suffrage indirect et que les électeurs concernés étaient les conseillers communautaires. Le cadrage n’est pas tout à fait le même.

En tout cas, pour des raisons bien éloignées de l’intérêt général, Saint Jouin Bruneval décide de se distinguer et de refuser la modification des statuts que la majorité des communes accepte. Une nouvelle démonstration de l’ouverture dont fait preuve l’équipe municipale. Au moins peut-on se féliciter qu’elle s’intéresse à la chose intercommunale puisque la dernière fois, c’était bien le cadet de ses soucis.

Bilan : la modification des statuts a été refusée à 13 voix. 5 conseillers ont voté pour, 1 s’est abstenu.

Deux nouveaux adjoints

Par ailleurs, nous félicitons Clydie Renard et Philippe Valin pour leur élection en qualité d’adjoints : la première se concentrera sur l’animation, la petite enfance et le conseil participatif. Le second, aux services techniques  et au « cadre de vie ».

 

Nous voici au terme du compte rendu de la réunion du 26 mai. N’hésitez pas à nous écrire pour poser des questions ou faire des remarques.