Archives pour la catégorie intercommunalité

Vers une fusion avec la CODAH ?

Vers un nouveau pacte communautaire de 54 communes et 275 321 habitants

Catenes-containers-Vincent-Ganivet-En-arriere-ville-Havre-reconstruite-Auguste-Perret_1_729_486

La communauté de communes de Criquetot L’Esneval et la communauté d’agglomération Havraise ont le projet de se rapprocher.

En France, l’intercommunalité a été vigoureusement relancée au cours des années 1990, notamment par deux lois à l’origine de la création des communautés de communes et d’agglomération : la loi d’administration territoriale de la République, dite « loi ATR » de 1992 et la loi relative au renforcement et à la simplification de la coopération intercommunale, dite « loi Chevènement », de 1999. En 2012, le territoire national est presque entièrement couvert par des établissements publics de coopération intercommunale (EPCI). En effet, devant la difficulté à procéder à des fusions de communes, l’État a privilégié la coopération intercommunale, c’est-à-dire le compromis aux décisions imposées d’en haut et une stratégie de transformation incrémentale aux réformes radicales. Après des mesures en faveur d’une coopération relativement souple sous la forme de syndicats de communes créés dès 1890, les années 1990 voient se développer et se renforcer un autre type d’intercommunalité. Les nouveaux établissements publics de coopération comprennent les communautés de communes, les communautés d’agglomération et les communautés urbaines. Ces EPCI ont comme principales originalités de pouvoir directement prélever les impôts locaux, d’où leur appellation d’EPCI à fiscalité propre, et de gérer un ensemble de compétences relativement stratégiques, comme l’aménagement de l’espace, le développement économique, l’entretien de la voirie, ou les équipements sportifs ou culturels.

En ce qui concerne la comcom de Criquetot et la CODAH c’est un mariage à trois qui est envisagé :

  • Comcom de Criquetot L’Esneval, 21 communes et 16494 habitants (soit 6%);
  • Caux Estuaire, 16 communes et 18 504 habitants (soit 7%) ;
  • CODAH, 17 communes et 240 323 habitants (soit 87%).

Des principes de base :

  • Maintien des pôles de proximité ;
  • Neutralité budgétaire pour les communes ;
  • Principe de solidarité entre les communes et la communauté.

Débattre et décider autrement :

  • 130 membres avec un représentant pour chaque commune de la communauté de communes de Criquetôt l’Esneval dont un vice-Président.

La fusion des trois territoires va permettre de constituer une communauté urbaine et bénéficier ainsi d’une réelle augmentation de la dotation de l’état (près de 10 m€). L’Etat encourage ces fusions et les soutiens par conséquent financièrement.

Cette fusion devrait permettre aux usagers du canton de Criquetôt l’Esneval de bénéficier de davantage de services pour une faible augmentation de leurs contributions pour la prochaine décennie. Aujourd'hui 80% de la population de la communauté de communes de Criquetôt l'Esneval travaille sur le territoire de la CODAH et le développement des transports en communs par exemple, peut-être une véritable opportunité. Cette Fusion avec la CODAH devrait être effective à l’horizon 2019-2020.

Cette fusion était l'objectif prioritaire de l'éxécutif de la communauté de communes de Criquetôt l'Esneval et il est en phase d'être atteint, même si certains membres amers en doutaient. http://www.xn--caltesdesign-zdb.fr/lecotedalbatre/archives/5184. 

Que penser de la volte-face de nos élus locaux ?

A l’heure où une élue de la Seine Maritime se trouve en charge des Collectivités Territoriales au sein du nouveau gouvernement, il est intéressant de revenir sur l'histoire récente de notre territoire…

Les experts sont nombreux à déplorer le millefeuille administratif français avec ses communes, intercommunalités, pays, départements, régions. Notre territoire n’a pas échappé à cette logique de découpage en raison de querelles politiciennes.

2012 : Une fusion avec la CODAH avortée

En 2012, la fusion de la CODAH avec la Communauté de Communes de Criquetot l’Esneval et de St Romain était quasiment prête. Elle répondait à une réalité : celle d'un bassin de vie dynamique, autour de l'agglomération havraise.

Elle devait  permettre de conforter un pôle solide, aux compétences claires et au rayonnement incontestable. La cohérence spatiale se serait ainsi renforcée car les interactions entre la CODAH et la Communauté de Communes de Criquetot l'Esneval étaient, et sont encore aujourd'hui, nombreuses, s'agissant de l'emploi, des équipements de la vie courante, des loisirs et des déplacements domicile/travail.

Mais, malheureusement, cette fusion a été bloquée. À l’époque, une minorité d’élus s’était mobilisée pour s’y opposer : cela avait eu pour effet de ralentir le processus, puis de le bloquer. À l’époque, Paris Normandie s’en était fait l’écho : http://www.paris-normandie.fr/detail_article/articles/PN-495493/contre-un-mariage-force-495493#.Vn5yC3nSkt4

Cette minorité d’élus contestataires servait des intérêts partisans : plutôt que d’envisager une fusion avec la CODAH présidée par Edouard Philippe, l’objectif d’alors était de rattacher la Communauté de Criquetot à celle de Fécamp, administrée alors par le parti socialiste.

2015-2016 : un étonnant revirement

Dans ce contexte, on peut être surpris aujourd'hui par l’attitude du Maire de Saint Jouin Bruneval qui avait bloqué cette fusion avec son collectif en 2012. En effet, ces derniers mois dans les journaux et lors du conseil municipal du mardi 15 décembre 2015, il a argumenté pour convaincre tout le monde du bien-fondé du rapprochement avec le territoire de la CODAH et notamment pour des raisons économiques.  

On peut comprendre ce revirement après les nombreux investissements réalisés par la commune car les marges financières sont très étroites…:  https://www.contribuables.org/argus-des-communes/?p=page-2&code-postal=76280&commune=76595

Communauté de Communes de Criquetot – Codah : une fusion souhaitable

Lier notre territoire à la CODAH est riche de perspectives économiques. De plus, cette fusion accroîtrait la solidarité financière du nouveau territoire, notamment au profit du périmètre de la communauté de communes de Criquetot l’Esneval.

Un retard préjudiciable aux Saint Jouinais

Si ce rapprochement avait déjà été validé, la contribution des ménages aurait diminué sur les feuilles d’imposition de 1.15% pour la taxe sur les ordures ménagères et nous aurions un meilleur service. Nous bénéficierions d’un réseau de transports en commun plus développé en direction du Havre ; nos équipements sportifs seraient pris en charge…

On peut ainsi regretter que parfois nos élus soient incapables de penser sur le long terme et au-delà des intérêts politiciens. 

Des vœux dans la pure tradition…

Quels échos de la cérémonie des vœux organisée le vendredi 16 janvier ?

Le début du rassemblement ?

Au lendemain de la tuerie qui a été perpétrée dans les locaux de Charlie Hebdo, le maire de Saint Jouin Bruneval, plutôt qu’une minute de silence à la mémoire des victimes des attentats, a proposé de partager des dessins. Nous louons l’amorce de rassemblement effectué en invitant tout le conseil sur l’estrade et en partageant ce moment de citoyenneté. Malheureusement cet élan a été gâché par des remarques acerbes dans le discours.

Un territoire rétréci ?

Plusieurs projets ont été présentés par le maire à la population : aménagement d’un local pour accueillir un service de santé, agrandissement de la restauration scolaire, réfection du presbytère, création de chemins piétons, création d’un court de tennis sur l’actuel terrain de football et création d’une cale de mise à l’eau et d’un port à sec.

Mais de manière très étonnante nous n’avons pas entendu parler ni d’éducation, ni d’associations, ni des aînés ni des hameaux par exemple. Comme toujours, Saint Jouin est réduit à son centre bourg et à la plage.

Une défaite difficile à avaler ?

S’engager en politique, c’est respecter les autres, soi-même et les différents organes décisionnaires. Le maire de Saint Jouin Bruneval semble avoir la rancune tenace et de ne pas accepter la défaite, car il a regretté le manque de démocratie dans le scrutin du conseil communautaire et déploré de n’avoir pas été élu vice-président de la communauté de communes.

C’est un scrutin uninominal qui est appliqué lors de l’élection des vice-présidents des communautés de communes.

Même s’il ne plaît pas à François Auber, le scrutin est on ne peut plus démocratique : chaque conseiller vote en son âme et conscience. Nous imaginons que s’il avait été élu, il n’aurait pas contesté… D’ailleurs, il n’avait pas critiqué ce mode de scrutin lors de la précédente mandature.

Une collectivité bien pratique…

La Communauté de communes semble être à François Auber ce que l’Europe est à la France : un bouc émissaire. Quelque chose ne va pas ? C’est la faute de la communauté de communes ! Quelque chose va bien ? C’est grâce à moi !

En effet, le mode de prélèvement de la taxe des ordures ménagères va évoluer pour être indexé sur l’imposition foncière. Mais des chiffres inexacts ont été communiqués à la population. Parallèlement, nous regrettons que les documents remis en Mairie par la communauté de communes sur les ordures ménagères ne soient pas diffusés à la population comme demandé.

Évidemment dans ce contexte la communauté de commune a été sévèrement critiquée par le Maire, mais en même temps il compte bien sur celle-ci pour bénéficier d’un relais d’assistante maternelle, d’une présence médicale et surtout pour financer la cale de mise à l’eau et le port à sec.

Une députée ouverte au dialogue

Soulignons les propos de Mme Grelier qui s’est dit prête à rencontrer le conseil municipal dans toute sa pluralité. Nous espérons que le maire suivra l’exemple de notre députée et reconnaisse enfin la pluralité des représentants de son conseil municipal. Enfin, notre députée a rappelé l’importance de travailler au niveau communautaire et dans l’intérêt du territoire.

 

CONSEIL MUNICIPAL DU 18 DÉCEMBRE 2014 : DES CONSEILLERS PERPLEXES

Aujourd’hui, c’est un membre de la liste « Choisissons notre avenir » qui nous propose son compte rendu. Il parle au nom de ses collègues.

1 680 000 €… (et bien davantage) de nouveaux investissements !

Six délibérations nécessitaient de délibérer sur des avant projets. En effet, il s’agit d’investissements promis par la majorité municipale lors de la dernière campagne municipale.

Il s’agit de :

  1. la construction d’un Pôle Raquette et Pôle Sportif sur le terrain de foot actuel (485 000€) ;
  2. la réalisation de chemins piétons dans le bourg et à proximité (335 000€) ;
  3. l'agrandissement du restaurant scolaire ; (30 000€)
  4. l’aménagement du presbytère (662 000€) ;
  5. l’aménagement d’un cabinet médical (155 000); — Nous sommes très satisfaits de cette initiative et la soutenons —
  6. la réalisation d’une cale de mise à l’eau et d’un port à sec ; — Le Maire a refusé de communiquer le budget estimatif

L’ensemble de ces projets représente un investissement de 1 680 000 € (sans compter la cale de mise à l’eau et le port à sec) et nous restons très circonspects sur la capacité de la commune à assumer toutes ces dépenses (cf. article du 14 décembre). Notre volonté de participation constructive nous a donc amenés à émettre un certain nombre de réserves sur la réalisation de ces projets.

Droit de préemption : une démarche risquée

Les 3 parcelles préemptées

Cliquez sur l'image pour l'agrandir et découvrir les 3 parcelles préemptées

À l’ordre du jour, il y avait aussi une délibération sur le droit de préemption urbain à l’Etablissement Public Foncier de Normandie pour les parcelles cadastrées N°A1010 ; A204 et A997.

Au regard du processus de préemption qui va à l’encontre de la liberté de propriété, on peut être inquiet si un des propriétaires devait mettre en vente un de ces biens. En effet, la commune sera dans l’obligation de réunir les fonds dans un délai maximum de cinq ans. Où trouverons-nous cet argent ? Cette démarche semble être risquée au regard de l’impact financier que cela pourrait représenter.

Les affaires générales

Ensuite nous avons voté favorablement 10 points relevant des affaires générales :

  • tarifs cimetière
  • achat cases columbarium
  • révision des loyers
  • adhésion à la médiathèque
  • contrat d’assurance
  • vidéo-surveillance
  • contrat pour la chaufferie
  • aménagement de la terrasse du Proxi
  • achat d’un local pour l’association canine
  • réfection du rond-point du cheval.

Pour ce dernier point nous sommes surpris qu’il ne soit toujours pas réparé, ça fait quatre ans maintenant que l’artiste a sollicité pour la première fois la commune en vue de l’entretien (cf. article dans l'Echo des falaises n°1).

Des délibérations qui créent le trouble

Trois délibérations ont été proposées qui concernent des compétences de la communauté de communes :

  • RAM intercommunal
  • Maison médicale
  • Ordures ménagères.

Le conseil municipal n’a pas à se prononcer sur ces points, car la commune n’est pas compétente sur ces points. Nous nous étonnons de cette pratique contribuant à créer des tensions inutiles avec la Communauté de communes de Criquetot l’Esneval. Nous sommes pour travailler de manière constructive avec cette dernière, dans l’intérêt des Saint Jouinais. 

COMMUNAUTÉ DE COMMUNES : LES VICE-PRÉSIDENTS CONFIRMÉS DANS LEURS FONCTIONS

Lors de la séance du conseil communautaire du 21 Avril 2014, les conseillers communautaires avaient délibéré en faveur de l’augmentation du nombre de vice-présidents. Et, par un arrêté en date du 4 Août, le préfet a élargi en effet le nombre de vice-présidents pour notre intercommunalité.

En raison de ce cheminement administratif, le conseil communautaire a procédé de nouveau à l’élection des 4 vice-présidents supplémentaires le samedi 20 décembre 2014 à la Maison du Canton à Criquetot l’Esneval.

Eric Mabire d’Anglequeville l’Esneval, Franck Cottard d’Étretat, Patrice Delamare de Saint Jouin Bruneval et Bertrand Lefrançois d’Étretat ont été élus et confirmés dans leurs fonctions.

Ce sont donc 28 votants qui ont pris part à l'élection des vice-Présidents. Pour le poste de troisième vice-président, Patrice Delamare qui occupait ce poste a été élu avec 25 voix contre 1 pour François Auber, maire de Saint Jouin Bruneval et 2 bulletins blancs.

Patrice DELAMARE représente la commune de Saint Jouin Bruneval au sein du conseil communautaire en qualité de vice-président. Il est plus particulièrement chargé du développement numérique de notre territoire.

les 4 conseillers de Choisissons notre avenir

DE VIFS DÉBATS AU CONSEIL MUNICIPAL DU 26 MAI 2014

Si la mer a été l’objet de nombreuses délibérations, a été  poursuivi le débat sur l’urbanisme, déjà vif pendant la campagne électorale. L’intercommunalité a aussi été l’objet d’une bien triste délibération.

Le secteur des Courlis : une nouvelle consultation pour trouver un aménageur

Le maire a proposé de mettre au vote le lancement d’une nouvelle procédure pour désigner un aménageur du secteur des Courlis, entre la rue des Cèdres et le chemin des Courlis (secteur B sur l’image sur laquelle vous pouvez cliquer).

Urbanisation à Saint Jouin - extrait brochure PLU - sept 2012

La précédente consultation a été classée sans suite. Pourquoi ? « Un souci administratif » a dit François Auber. Une irrégularité dans la procédure qui aurait pu constituer « un risque juridique » a-t-il encore ajouté. Il espère aussi avoir davantage de propositions : est-ce à dire que, plus raisonnables que la majorité actuelle, les aménageurs n’ont pas souhaité faire de propositions pendant la campagne ?

Quoi qu’il en soit, voici revenu sur le devant de la scène l’article L.300.4 du code de l’urbanisme, dont nous avons parlé pendant la campagne et qui, rappelons-le, permet l’expropriation des propriétaires qui ne seraient pas vendeurs. F. Auber et A. Paul ont beau promettre que rien de tout cela n’est prévu, leur appel d’offre mentionne cet article : sans ambiguïté, il laisse toute latitude à l’aménageur en ce domaine (voir l’article L 300.4).

A la question : « les propriétaires du secteur sont-ils tous vendeurs ?», il est répondu que les notaires assaillent la mairie de coups de téléphone (sic !)  et qu’il faut bien définir des règles. Seulement, pas de réponse claire… Tous ne sont pas vendeurs. Et d’ailleurs, à quoi sert le PLU s’il ne définit pas des règles claires ?

promesse tennis couvertEnsuite, des conseillers ont rappelé les promesses électorales de la majorité actuelle : un tennis couvert serait pris en charge par le futur aménageur… Le maire est maintenant beaucoup moins affirmatif : cela se fera « si possible », en tout cas on pourra peut-être mettre dans le cahier des charges « un espace sportif ».

¬ Des promesses déjà oubliées

Bref, les quatre conseillers de « Choisissons notre avenir » ont voté contre cette délibération.

Intercommunalité : Saint-Jouin Bruneval vote contre !

Par ailleurs, la majorité a décidé de voter contre l’augmentation du nombre de vice-présidents au Bureau de la Communauté de Communes. Notons que ces vice-présidents ne touchent pas d‘indemnités et ne coûtent donc rien au contribuable ;  si leur nombre a augmenté, c’est pour optimiser l’élaboration de projets et le suivi des dossiers.

Seulement, François Auber n’a pas remporté l’élection…  et Noëlle Leveau a présenté de façon bien étrange cette élection : F. Durande « aurait nommé » des personnes de l’opposition de Saint Jouin, bafouant le souhait des électeurs. Rappelons encore une fois que ce sont des élections au suffrage indirect et que les électeurs concernés étaient les conseillers communautaires. Le cadrage n’est pas tout à fait le même.

En tout cas, pour des raisons bien éloignées de l’intérêt général, Saint Jouin Bruneval décide de se distinguer et de refuser la modification des statuts que la majorité des communes accepte. Une nouvelle démonstration de l’ouverture dont fait preuve l’équipe municipale. Au moins peut-on se féliciter qu’elle s’intéresse à la chose intercommunale puisque la dernière fois, c’était bien le cadet de ses soucis.

Bilan : la modification des statuts a été refusée à 13 voix. 5 conseillers ont voté pour, 1 s’est abstenu.

Deux nouveaux adjoints

Par ailleurs, nous félicitons Clydie Renard et Philippe Valin pour leur élection en qualité d’adjoints : la première se concentrera sur l’animation, la petite enfance et le conseil participatif. Le second, aux services techniques  et au « cadre de vie ».

 

Nous voici au terme du compte rendu de la réunion du 26 mai. N’hésitez pas à nous écrire pour poser des questions ou faire des remarques.

 

COMMUNAUTÉ DE COMMUNES DE CRIQUETOT : UN GYMNASE BIENTÔT RÉPARÉ

Voici un compte rendu succinct de la réunion du conseil communautaire qui s’est tenue le 16 mai 2014à 18 heures à la Maison du Canton.

Le fonctionnement de la Communauté de communes : commissions, bureau, conseil communautaire

Florence Durande a d’abord précisé en préambule le fonctionnement qu’elle souhaite mettre en place. L’objectif est d’informer les membres de façon régulière et transversale.

Le Bureau se réunira une fois par mois : chaque premier mercredi du mois de 18 h15 à 20 heures à la Maison du Canton.  

 Réunion de Commissions : les présidents informeront Florence Durande des séances de leur commission, elle indique vouloir y participer aussi souvent que possible.

Conseil Communautaire : les délibérations feront l’objet d’un rapport. Les délibérations seront présentées dans l’ordre des Commissions, à savoir de la Commission des Finances, au secrétariat en charge de la Communication.

Lire la suite

UNE NOUVELLE ASSOCIATION EST NÉE SUR LE LITTORAL

Selon les réponses à notre enquête, 71,5 % des agriculteurs de Saint Jouin Bruneval se sont dits préoccupés par le zonage de Natura 2000 dans le cadre de leur activité professionnelle. 

 Ce vendredi 9 mai, a eu lieu au Tilleul, une réunion organisée par l’Association « Protection du Droit du Patrimoine Privé et de la Santé » (APDPPS).

Le but de cette association, créée le 10 mars dernier, est «  de participer à l’élaboration des projets pouvant porter au droit du patrimoine privé et sensibilisant sur les enjeux socio-économiques, sur les problèmes de santé et de sécurité ».

Notre littoral (de Saint Jouin Bruneval à Étretat) rentre dans le zonage de plusieurs classifications :

  1. La loi du littoral
  2. Natura 2000 (120 propriétaires Saint Jouinais ont été recensés)
  3. Et peut-être bientôt à la demande d’Etretat «  grands sites de France »

Sous ces appellations, beaucoup d’enjeux sont à prendre en compte : économiques, touristiques, écologiques et patrimoniaux.

Pendant cette réunion, il a été surtout abordé le problème du zonage Natura 2000

M. REVET (sénateur), M. Lethuillier (guide naturaliste au conservatoire du littoral et maire de La Poterie Cap d’Antifer), M. Fihu (ancien président de la chambre d’agriculture de la Seine Maritime) et Guillaume Burel (Président des jeunes agriculteurs de la Seine Maritime) avaient répondu à l’invitation de Mme Edith HANIN, présidente de l’association.

 Les Diverses Problématiques de Natura 2000

Le droit de propriété n’est plus que « théorique » : les collectivités pourront en effet préempter en cas de cession d’un bien immobilier dans la zone Natura 2000 (bois, foncier bâti et non bâti).

De plus, en cas de travaux, par exemple sur une maison, il faudra obligatoirement fournir une étude de pré-incidence pour l’octroi de l’autorisation de travaux. Or, ces incidences viennent baisser la valeur des fonciers bâti ou non bâti.Ce millefeuilles d'incidences repoussera en effet les acquéreurs et, par ce fait, dévaluera les biens.

Les agriculteurs sont touchés par la classification de notre littoral car bien des contraintes s’imposent à eux dans l’exercice de leur métier : refus de prêts bancaires, refus de permis de construire, etc.

L’extension de la zone Natura 2000

Actuellement, toute la valleuse de Bruneval est classée Natura 2000.

En 2011, alors qu’il était conseiller municipal de la Poterie Cap d’Antifer et guide au conservatoire du littoral M. C. Lethuillier a demandé aux pouvoirs publics d’étendre la zone Natura 2000. Les pouvoirs publics ont alors prié les municipalités de délibérer sur le bien-fondé d’une zone Natura 2000 en concertation avec les personnes concernées (propriétaires, agriculteurs etc.). Sans réponse sous 2 mois des municipalités, l’État suppose que la zone Natura 2000 est acceptée. Les communes de Saint Jouin Bruneval et La Poterie Cap d’Antifer n’ont pas délibéré et n’ont réalisé aucune concertation avec les habitants.

Nonobstant les potentiels enjeux écologiques et touristiques qu’apportera Natura 2000, sont mis à mal les droits des propriétaires concernés, l’outil de travail des agriculteurs et la démocratie.

Pour contacter cette association : Mme Edith HANIN - 70 chemin des Cervains 76790 LE TILLEUL apdpps76@orange.fr

Natura 2000 : un zonage qui interroge

Natura 2000 : un zonage qui interroge

 

 

 

 

ÉTONNANT, NON ?

Les résultats des élections du bureau du nouveau conseil communautaire ont fait couler beaucoup d’encre cette semaine (cf. page « dans la presse ») ; une encre parfois teintée de fiel. Et comme Monsieur Cyclopède, nous avons souvent envie de nous exclamer : « étonnant, non ? »

Ne serait pas respectée la « « démocratie représentative qu’ont choisie les habitants de la commune ».  La démocratie représentative aurait été « choisie » par Saint Jouin Bruneval. Nous pensions qu’elle était le régime de toute la France. Etonnant, non ?

Et suffrages direct et indirect sont deux modes de scrutin tout aussi légitimes pour désigner dans notre pays nos représentants. Le maire est d’ailleurs le 1er élu choisi par suffrage indirect. Serait-il moins légitime que les conseillers élus au suffrage direct ?

Direct ou indirect, il s’agit d’élections et non de nominations. Et à ce jeu électif, parfois on gagne parfois on perd. Prétendre être démocrate et accuser de « sectarisme » les personnes qui n’ont pas voté pour soi… étonnant, non ?

Enfin, François Auber se fait le chantre de « l’esprit communautaire ». « Esprit communautaire » qui rime avec des motions au ton vindicatif et avec un désintérêt manifeste : en 2013, quand les statuts de la communauté de communes ont évolué et que de nouvelles compétences ont été transférées, le maire n’a pas pris la peine d’en informer son conseil municipal ni d’en délibérer avec lui, contrairement à la majorité des communes concernées. Etonnant, non ? 

UN NOUVEAU BUREAU POUR LA COMMUNAUTÉ DE COMMUNES

Pendant la campagne, nous vous avions présenté brièvement la communauté de communes de Criquetot-l’Esneval, ses compétences et ses statuts (Et si on parlait d'intercommunalité ?). Aujourd’hui, c’est au tour du nouveau conseil communautaire.

Le 23 mars, en même temps que nous avons choisi nos nouveaux conseillers municipaux, nous avons élu nos conseillers communautaires. À Saint Jouin Bruneval, ils sont trois : Noëlle Leveau, François Auber et Patrice Delamare.

Et ce vendredi 18 Avril, le conseil communautaire représentant les 27 communes du canton de Criquetot-l’Esneval s’est réuni à la maison du canton.

Pour cette première séance, il s’agissait d’élire le nouveau bureau de la communauté de communes, composé d’un président, huit vice-présidents et un secrétaire.

Monsieur Charles Revet a ouvert la séance en qualité de président sortant, puis Bernard Houssaye (maire de Turretot) a dirigé les opérations pour conduire l’élection du Président.

C’est Florence Durande, maire d’Angerville-l’Orcher, qui a été élue.

Ont ensuite été élus vice-présidents :

  • Alain Fleuret – maire de Criquetot-l’Esneval
  •  Hervé Lepileur – maire de Gonneville la Mallet
  •  Bernard Houssaye – maire de Turretot
  •  Pierre Lemetais – maire de Cuverville
  • Eric Mabire – adjoint au maire à Anglesqueville-l’Esneval
  • Franck Cottard – maire d’Étretat
  • Patrice Delamare – conseiller municipal à Saint Jouin Bruneval
  • Bertrand Lefrançois – conseiller général

Nous adressons toutes nos félicitations aux candidats élus et particulièrement à Patrice DELAMARE qui aura l’honneur de représenter notre village au sein du nouvel exécutif de la communauté de communes. Il s’occupera de la commission relative aux nouvelles technologies et au développement du numérique. Il a emporté cette élection avec 65,7 % des voix. Il était opposé à François Auber qui a recueilli 26,3 %  des suffrages ( 8 % des membres du conseil se sont abstenus).

Enfin, Martine Viala, maire de Villainville, a été élue secrétaire et membre du bureau de la communauté de communes de Criquetot-l’Esneval.

La réunion s’est terminée autour d’un verre de l’amitié que Jean Pierre Recher avait préparé avec beaucoup de fraternité. Ce moment a été l'occasion d’échanges très cordiaux.

Le conseil communautaire se réunira de nouveau le vendredi 16 mai.